Instant Décalé # 37

L'instant Décalé

Présenté par


Olivier

*
**
Episode 37 : 22 Avril 2018
**
*
Mon mot préféré de la langue française, c’est… délictueux. Mélange subtil de délicieux délit, antagonisme sournois de délectation… Ça me fait penser à tout ça, ce mot là. Çà prête à beaucoup de fantasme aussi. Enfin chez moi. Le deuxième mot que je préfère, c’est un mot slave. Et ne me demandez surtout pas pourquoi. Un coup de cœur ne s’explique pas. Peut-être pour son attrait technique, quant à sa prononciation et au peu de voyelle qui s’y trouve. Le mot en seconde position de ma préférence est, Szczbolwytski. Par contre, ne cherchez pas à le traduire, c’est un mot qui n’existe pas. Je viens de l’inventer, mais j’aime bien. Szczbolwytski est donc mon deuxième mot préféré au monde, mais pour ce qui en est de la langue française, le second mot que je préfère, et qui lui existe, et que l’on m’a intimé de ne pas prononcer, et que je vais vous dévoiler tout de suite, c’est, deux points à la ligne :
Nichon ! Alors pourquoi, nichon ? Ne me demander pas non plus, les coups de foudre ne s’expliquent pas. Et pour tous les coincés de la rondelle prêt à lancer des polémiques à tour de bras, et notamment à ceux qui veulent recouvrir toutes les œuvres d’art où pointe un bout de téton ou une touffe de poil, juste pour eux, je vais le redire en articulant bien : NI-CHON !!
Y’a des mots comme ça qui existe dans le dico et que l’on ne peut pas prononcer et d’autres, qui n’existent pas, et que l’on invente pour justifier une attaque pénale. J’ai un exemple flagrant, en l’occurrence il ne s’agit pas d’un mot, mais d’une association de terme : Délit de solidarité. Mon dieu, quel gros mot ! Un mot que pourtant, procureur et journaleux s’empressent d’utiliser pour donner l’illusion d’une supériorité intellectuelle sur le reste de la populace. Délit de solidarité ! Il aura fallu attendre le 21ème siècle pour entendre une connerie pareille.
Mais revenons au délictueux, avant que quelques vrais gros mots n’effleurent le bout de ma langue. Un mot que j’aime écrire du bout de mon stylo, là où sort habituellement l’encre emprisonné dans son réservoir en plastique opaque, quand je ne sais pas quoi écrire et que l’inspiration peine à venir, comme ce fut le cas à l’instant précis où j’écrivais ces lignes. Et puis quand enfin l’inspiration te pénètre par je ne sais quel rayon cosmique, et qu’un flot  d’idées t’envahit, il y a toujours ce foutu « coupe semence automatique » qui se déclenche. La semence, dans ce cas précis, c’est le fluide spirituel qui jaillit en nous quand notre être rencontre l’âme des maîtres poètes sur leur nuage perché.  Et là tu vois apparaître un grand monsieur habillé en noir, un sécateur dans chaque mains, prêt à te couper les élans de connexions pas assez polishées que ton cerveau est en train de formuler.
Est-ce que je peux écrire ça ? La fameuse question. Ne vais-je pas trop loin dans l’expression de ma colère et de ma lubricité ? Mais rassure toi petit cogiteur, sache que quoi qu’il arrive, un autre monsieur déguisé en grand méchant loup sera là pour répondre à ta place.
Et oui, l’acronyme du « coupe semence automatique » aura le dernier mot. Il est un peu comme le coupe circuit qui régule le nivellement de la mer sociale. Dès que souffle une brise légère, et qu’une vaguelette ébranle le miroir de la susceptibilité et des bonnes mœurs, schlak ! Il ferme les vannes. Pour qu’au final, il ne reste qu’une soupe insipide, formatée et rectiligne, qui fait gouter, dans le sens couler et non manger, saliver si vous voulez, les partisans de l’idolâtrie censorial. (Je peux pas m’empêcher de faire compliqué)
Mais avant de finir, juste une petite devinette. Pour rester dans le thème. Quel est le contraire d’hautôt ? Bâtard !
Voilà, bon sommeil à tous les coincés de la rondelle, et merveilleuse soirée à tous les autres. En attendant, comme « la musique commence là où s’arrête le pouvoir des mots » écoutons tout de suite Matmatah avec l’apologie.

*
**





Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Schizofragma