Windsor

WINDSOR

Quatuor formé en 2011 - Yzeure (03)

LINE-UP

Mat : Chant Julien : Guitare Nico : Bass Jérémie : Batterie

DISCOGRAPHIE

L'ombre d'un regard (EP) - 2013


La révérence (EP) - 2017




Windsor ... Pourquoi ce nom ?
On a toujours aimé la contradiction entre la culture britannique très hétéroclite (voire même anarchiste) et l’attachement à la famille royale, très traditionnelle, d’où l'emprunt du nom de famille de cette dernière. Ce nom est aussi un rappel de beaucoup de nos références musicales, très anglaises.
Avez-vous le sentiment d'appartenir à une famille musicale ?
Nous nous sentons Rock Français, même s’il est vrai que ce style a presque disparu, du moins dans sa diffusion. On en profite d’ailleurs pour remercier toute l’équipe de Radio Arc En Ciel de continuer à promouvoir ce style !

Résumez nous l'histoire du groupe :

Tout a commencé quand Julien et Mat se sont rencontrés au lycée, ils ont décidé de faire de la musique ensemble, Julien à la guitare et Mat à la batterie. A l’époque, aucun projet précis en tête, juste jouer. Puis l’envie de fonder un vrai groupe est née, Nico, frère de Mat, a rejoint la formation à la basse.

Mat était au chant et à la batterie, rôle difficile, particulièrement sur scène, Jérémie est alors apparu pour que Mat puisse se consacrer complètement au chant. A partir de ce moment, le projet a réellement ressemblé à ce qu’il est aujourd’hui.
Quels sont les 5 moments clés de votre histoire, musicalement parlant ?

1/ Rencontre avec Julien ROBALO du studio After You My Friend (Moulins 03), avec qui on a tout de suite accroché. On est vraiment sur la même longueur d’onde d’un point de vue musical. C’est avec lui qu’on a travaillé sur nos 2 premiers EP, il nous aide à chaque fois à aller au fond des choses, pour tirer le meilleur de nos compositions.
2/ Rencontre avec Stéphane Sagirand (Culture d’en face, 03) qui nous aide par le biais de son dispositif d’accompagnement à nous “professionnaliser”. Avec lui on travaille aussi bien le côté scénique, à travers des résidences et des rencontres avec le milieu professionnel, que le côté “administratif”, comme l'appréhension des réseaux sociaux, la gestion d’une association, etc…
3/ La tournée de notre 1er EP “L’ombre d’un regard” qui a commencé à la salle Isléa (Avermes 03). C’était une soirée vraiment géniale avec salle remplie, et un public de fou. En plus de cela, l'équipe d’Isléa nous a permis de faire 2 jours de résidence pour préparer au mieux cette date. Durant cette résidence, on a eu la chance de travailler avec Didier Théry (Ingénieur du son du groupe Shaka Ponk), autant dire qu’on a beaucoup appris pendant 2 jours.
Puis notre 1ère partie du groupe Shaka Ponk à la coopérative de Mai (Clermont Ferrand 63), devant 1200 personnes. Cela a été en plus une rencontre super intéressante aussi bien d’un point de vue musical, qu’humain.
5/ Notre premier contact avec l’équipe de Mad Mill Production qui s’est occupée de notre dernier clip « La révérence ». Au-delà de la sympathie et du talent de toutes les personnes de l’équipe, nous avons vraiment eu la sensation de faire un bond en avant en termes de qualité de production et nous sommes heureux de savoir que nous allons continuer de travailler avec eux pour notre prochain clip.
4/ Partager la scène avec Michael Jones, c’était une soirée hallucinante. Il a une immense carrière, mais reste vraiment abordable on a pu parler de plein de choses, du matériel jusqu’à la technique, en passant par la scène. Il nous a même invité sur scène avec lui pour faire un boeuf. Bref, inoubliable.

Qu'est-ce qui a évolué depuis vos débuts ?

Beaucoup de choses en fait. Nous, avec l'expérience et l'âge, notre façon d’aborder la musique a évolué d’elle-même mais c’est aussi lié aux rapports au sein du groupe, on se connait depuis longtemps, la complicité est là.
Nous avons aussi le sentiment d’être de plus en plus sincère dans notre façon d’interpréter notre musique, et dans la transmission vers le public.
Notre rapport à la profession également au fur et à mesure des rencontres, nous sommes plus à l’aise avec tous les aspects qu’un artiste doit aborder aujourd’hui (musique, image, video, réseaux sociaux, contrat, Sacem etc.)
Quels sont les 3 adjectifs qui définissent le mieux votre musique ?

Nostalgique,
Energique,
Mélancolique
Quel est votre processus de composition... Qui fait quoi ?
En général, on compose lorsque l’on est ensemble, mais il arrive qu’il y ait déjà quelque chose à la guitare ou à la basse. De là, nous travaillons des mélodies pendant que Mat s’en inspire et travaille sur des lignes de chants et des paroles. On enregistre toutes nos répètes afin de ne pas perdre d’idée. Ensuite, chacun de notre côté, nous peaufinons nos parties et au fur et à mesure, les chansons prennent forme.
Quelles sont vos sources d'inspiration en terme de sons et de paroles ?

On a des sources d’inspiration assez diverses, cela peut venir de notre vécu ou de notre regard sur certains aspects de la société actuelle. Nous aimons travailler sur la question des points de vue, c’est pour cela que nos textes ont souvent plusieurs niveaux de lecture ou peuvent avoir un sens différent selon les personnes, ce qui les rend dans un sens plus universels.
Notamment le rapport des gens aux réseaux sociaux, qui ont pris le pas sur l’humain au sens noble du thème. Mais on s’attache à également voir les bons côtés de la vie, la solidarité dont on peut faire preuve dans les moments difficiles, c’est vraiment réconfortant de temps en temps.
Pour la musique, cela dépend de l’état d'esprit dans lequel on se trouve au moment de composer et de nos envies.
De quelle chanson êtes-vous les plus fiers ?
Bien sûr, on est fier de toutes nos chansons puisque c’est ce qui fait que nous sommes nous mais si l’on devait choisir un titre, ce serait peut-être “Les beaux jours” qui, tant au niveau des paroles que de la musique, est l’un de nos morceaux les plus aboutis.
Petit bilan de 2017 ... Quels sont les succès et les réussites ?
Nous sommes particulièrement fiers de notre EP, qui ressemble à une évolution de ce que nous avons pu faire avant (nous ne dirons pas l’EP de la maturité !), et la première vidéo qui l’accompagne.
Parlez-nous de "la révérence" votre EP sorti en 2017 ?

Comme pour le précédent Ep, nous l’avons enregistré au Studio After You My Friend à Moulins, avec Julien Robalo. On voulait qu’il représente l’ensemble de nos morceaux, du plus “Rock”, au plus “Pop” mais qu’il ait une couleur résolument différente de celui d’avant. Au niveau de la sonorité, cela donne quelque chose d’à la fois très organique et épuré.

Concernant notre manière de le concevoir, nous avons commencé par une pré-prod pour déterminer les morceaux que nous voulions dessus et les retravailler avec Julien Robalo et Stéphane Sagirand (Culture d’en Face). D’ailleurs certaines chansons ont énormément changé entre ce moment et la version finale enregistrée pour l’EP.

Dans quel état d'esprit étiez-vous au moment de l'enregistrement ?
L’enregistrement a été intense car pour des raisons de planning nous avions peu de temps pour enregistrer tous les instruments, ainsi que les voix. Nous avons essayé de le faire le plus Live possible, en jouant tous ensemble en même temps, cela demande un gros travail de préparation pour éviter les pertes de temps. Mais même si le moment reste “studieux”, nous avons aussi établi un lien particulier avec Julien Robalo, une relation de confiance, qui fait que nous nous sentons à l’aise lorsque nous enregistrons chez lui.
Y a t'il des choses qui vous ont influencé lors de l'enregistrement de cet EP (livres, films, cd etc...) ?

On essaie de ne pas être trop influencé durant la période de studio pour ne pas trop perdre notre voie, ne pas perdre de vue le résultat que l’on veut.

Par contre, le film Dikkenek a accompagné plusieurs des soirées de cette semaine de studio, bien que nous ne pensons pas qu’il nous ait vraiment influencé, il nous a fait beaucoup de bien.
C'est quoi les projets sur le feu ... Vous nous mijotez quoi pour 2018 ?
Nous sommes en train de tourner pour présenter notre dernier Ep (A bon entendeur !). En parallèle, nous travaillons sur le clip du morceau “Les Beaux Jours” qu’on devrait tourner fin avril début Mai. On espère vous le présenter le plus rapidement possible. Nous aimerions également retourner en studio pour travailler de nouvelles chansons.
Vous avez participé au tremplin Ricard SA Live Music , quel est votre regard sur ce genre de tremplins ?

Il est assez partagé. En effet, il existe tellement de tremplin différent que l’on s’y perd un peu. Entre ceux où il faut même aller jusqu’à payer pour espérer une récompense, Et ceux où l’on a l’impression que les dés sont lancés d’avance, c’est un peu compliqué de s’y retrouver.

Après il existe des tremplins vraiment cools, dont certains à dimension plus humaine qui apporte vraiment quelque chose. Cela dit même sans victoire, cela permet parfois de se faire connaitre de professionnels ou du public.
Quel est le fait d'actualité qui vous a le plus marqué ces derniers temps ?
Plusieurs faits nous ont marqué récemment mais celui qui nous a le plus intrigué, c’est la mise en place d’une note sociale en Chine. En fait, une note de confiance par personne va être attribué en fonction de leurs « mauvaises » actions, et certains citoyens ayant une mauvaise note pourraient ne plus pouvoir prendre le train ou l’avion… Et ce n’est apparemment que le début.. On a trouvé ça complètement fou, le fait que cela puisse exister.
Quel est votre regard sur le Music-Business actuel ?
Il est en pleine mutation, avec l’avènement des réseaux sociaux et du streaming, Les nouveaux groupes ou artistes sont de plus de plus autonomes. On est vraiment en train de vivre une période charnière dans l’industrie musicale. On trouve à la fois une multitude d’univers musicaux différents sur les réseaux, ce qui est vraiment intéressant. Mais dans le même temps, sur la scène nationale, on a quelquefois l’impression qu’il n’y a pas de place pour d’univers nouveaux.
Nouvelle Star , The Voice ou l'Eurovision ?
L'Eurovision pour le côté partage de la culture au travers de l’Europe, et on y voit parfois des choses assez “drôles”. Après sur les télé crochets, on a parfois l’impression que tout est surjoué, et déjà convenu par la production de l’émission avant même qu’elle ne commence, ce qui rend le tout beaucoup moins intéressant et c’est dommage.
Un peu de pub pour des artistes de votre région ...

En auvergne on a des groupes artistes vraiment cools et de tous styles, tels que les rappeurs Scryss et Apollo, ou alors Entropia un groupe de métal qui commence à se faire un nom, le blues rock de The Marshals.
Il y a aussi Yves Marie Bellot, un auteur compositeur qui propose toujours de très jolis textes.
Pour finir, le groupe Agenou, groupe de rock français, nos copains depuis le début.
Souhaitez-vous rajouter quelque chose ?
Encore merci d'avoir pris le temps de vous pencher sur notre musique et de nous avoir laisser la possibilité de nous exprimer.

Le MOT de la fin :
Carjacker
Propos recueillis par Didier T. le 17 mars 2018


*
**
            

  
      


**
*



 PLAYLIST




entrez dans l'univers de WINDSOR :
chaque membre du groupe nous a concocté une playlist pour nous faire partager son univers

MAT


JULIEN


NICO

JEREMIE



Commentaires